Capsule endoscopique


Le terme “modernité” possède de nombreux sens.

Certains pourraient dire qu’il désigne le rejet d’un passé récent, favorisant un nouveau départ, et la réinterprétation de l’origine historique.

Pour d’autres, il pourrait être représenté par le processus actuel de globalisation.

Personnellement, j’ai pu percevoir « la modernité » à travers la tendance que la technologie a de réduire la taille des choses.

Il y a 2 semaines, j’ai eu l’opportunité de tester la capsule endoscopique.

La capsule endoscopique est un dispositif permettant d’enregistrer des images de l’appareil digestif.
Elle a la taille et la forme d’une pile, et contient une caméra minuscule.

Après que le patient ait avalé la capsule, cette dernière prend des photos de l’intérieur du système gastro-intestinal.


Ainsi, comme une partie de mes recherches, il a fallut que je jeûne ce jour là, et ne boive que des liquides clairs.

A 16h00 mon professeur me fit prendre un agent prokinétique afin d’accélérer le transit intestinal, et indiqua que je devais en prendre une autre dose 4heures après avoir avalé la capsule.

Il m’aida ensuite à enfiler un harnais bien spécial comprenant l’appareil de réception et la batterie.

Pour finir, j’ai saisi la petite capsule et l’ai avalée sans grande difficulté, mais pas sans avoir pris quelques photos de mon visage au préalable.

Mon professeur m’avertis que je devais rester en mouvement afin d’assurer le bon transit de la capsule pour une durée d’au moins 4heures.

C’est pourquoi je me suis dirigé vers Shibuya pour faire une petite promenade.

Une fois rentré chez moi, j’ai préféré attendre que 8heures se soient écoulées depuis la prise de la capsule avant de dîner.
A ce moment là, la capsule avait cessé d’émettre le moindre signal.
J’ai donc pu manger l’esprit serein.
Le jour suivant, j’ai rendu le harnais avec les données prêtes à être analysées.
Et 36 heures plus tard j’ai pu éliminer la capsule sans aucune difficulté.
Malheureusement, je ne suis pas encore en mesure de publier les photos de mon appareil digestif, je peux cependant vous dire qu’elles sont très intéressantes.

Interview pour le Magazine Mercado Latino

Interview pour le Magazine Mercado Latino édition novembre 2009

Magazine Mercado Latino. -Dr. Kishimoto, quelle est votre activité actuelle et où êtes-vous venu l’exercer ?
MAGIC.-
Je suis actuellement en train de suivre mon  troisième cycle universitaire en endoscopie digestive sur la prévention, la détection précoce et le traitement opportun des cancers gastro-intestinaux au centre national de cancérologie de Tokyo grâce à la bourse d’étude de la nippon foundation. Je fais également des recherches au centre de tomographie par émission de positons de l’hôpital universitaire de Dokkyo (Mibu, Tochigi).

MML.- Dr., pouvez-vous nous expliquer ce qu’est un cancer ?
M.-
Le cancer est un ensemble de maladies se caractérisant par la multiplication incontrôlable de cellules anormales dans certains tissus du corps,  lesquels indiqueront le type de cancer qui dépend de l’endroit où il commence : si c’est dans l’estomac il s’agira d’un cancer de l’estomac, si c’est dans le foie, d’un cancer du foie, etc.

Continue Reading →

Cancer du pancréas – symptômes

Les cancers précoces du pancréas causent peu de symptômes, la plupart étant assez vagues. Du fait que les signes et symptômes de la majorité des cancers pancréatiques peuvent être confondus avec des problèmes d’ordre digestifs moins graves, cette maladie est rarement détectée avant  qu’elle ne se soit propagée à des tissus adjacents ou des organes plus éloignés à travers le système sanguin ou lymphatique.

Les symptômes qui peuvent survenir,  dans l’ordre général d’apparition, incluent :

  • Perte de poids significative accompagnée de douleurs abdominales –  signes d’avertissement  le plus probable.
  • Une vague, mais progressive douleur abdominale qui peut diminuer en s’inclinant en avant et augmenter en position allongée. La douleur est généralement plus intense la nuit et peut irradier le bas du dos.
  • Gêne digestive ou intestinale telle que diarrhée, constipation, flatulence, ballonnement ou renvoi (rot).
  • Nausées, vomissements, et perte d’appétit.
  • Ictère, généralement sans douleur, il s’agit d’une coloration jaunâtre de la peau ou du blanc des yeux ainsi que d’une urine foncée.
  • Apparition soudaine d’une intolérance au glucose, comme le diabète
  • Selles noires ou sanguinolentes, indiquant un saignement dans l’appareil digestif.
  • Fatigue/ faiblesse générale.
  • Gonflement du foie et de la vésicule biliaire.
  • Démangeaison.
  • Selles pâles ou de couleur très claire.
  • Caillots sanguins dans les jambes

Certains types de cancers pancréatiques rares causent des déséquilibres hormonaux qui produisent leurs propres symptômes, incluant :

  • Episodes de faiblesse, sueurs, palpitations, irritabilité ou de rougissement de la peau découlant d’un taux bas de sucre dans le sang.
  • Diarrhée aqueuse importante.
  • Une nouvelle et inhabituelle éruption cutanée.
  • Symptômes en cas d’ulcère sévère, tels que douleur abdominale et diarrhée aqueuse, qui ne répondent pas aux antiacides ou autres traitements antiulcéreux.

Si vous ressentez le moindre de ces symptômes pour une durée supérieure à deux semaines, appelez votre médecin pour un check up complet.

Existe-t-il un lien entre le maïs violet et le cancer du colon ?

Question posée depuis Lima, Pérou.

Afin de répondre à cette question des plus intéressantes nous avons tapé «purple corn » (maïs violet)  dans PubMed et avons trouvé 75 articles répertoriés depuis 1976. Nous avons ensuite poursuivi notre recherche  avec  les composants actifs du maïs violet : “ Anthocyanine ” (2920 articles depuis 1920), “Anthocyanine + Cancer” (189 articles depuis 1962), “ Extraits riches en Anthocyanine ” (32 articles depuis 2001), et enfin “ Extraits riches en Anthocyanine + cancer colorectal” (8 articles depuis 2003).

Apparemment, cet étrange maïs péruvien portant le nom scientifique de Zea mays linee, suscite un intérêt grandissant depuis l’année 2000.

Hiromitsu Aoki et ses collègues y ont relevé jusqu’à 6 différents types d’anthocyanines (biomolécule qui lui donne sa couleur d’un violet sombre comme une aubergine).

L’anthocyanine que l’on retrouve en plus grande quantité est la cyanidine 3-OBD-glucoside, appelée C3G (70% de son grain).  Il a été démontré que les anthocyanines présentent de nombreuses activités biologiques telles que des effets antioxydant (1,2), antimutagène (1), et anti-cancérigène (3,4,5,6). Il a tout particulièrement été prouvé que le colorant du maïs violet réduisait  la formation de cancer du colon chez les rats (4).  Ainsi, les anthocyanines ont cessé d’être de simples colorants culinaires afin de jouer leur rôle dans l’alimentation thérapeutique.

Il existe également des rapports sur les effets des anthocyanines chez des rats atteints d’hypertension et des souris obèses – hyperglycémiques, ainsi que des comptes-rendusd’autres auteurs ayant testé la toxicité orale du maïs violet chez les rats (7).

En résumé, le maïs violet est l’un des produits cultivés possédant la plus forte concentration d’anthocyanines, tout particulièrement la cyanidine 3-OBD-glucoside qui inhibe la prolifération de cellules tumorales.

REFERENCES:

  1. J Agric Food Chem. 2006 Jun 28;54(13):4557-67. Antimutagenic and antioxidant properties of phenolic fractions from Andean purple corn (Zea mays L.).
  2. J Agric Food Chem. 2003 May 21;51(11):3313-9. Stoichiometric and kinetic studies of phenolic antioxidants from Andean purple corn and red-fleshed sweetpotato.
  3. Cancer Sci. 2008 Sep;99(9):1841-6. Epub 2008 Jul 4. Purple corn color suppresses Ras protein level and inhibits 7,12-dimethylbenz[a]anthracene-induced mammary carcinogenesis in the rat.
  4. Cancer Lett. 2001 Sep 28;171(1):17-25. Pronounced inhibition by a natural anthocyanin, purple corn color, of 2-amino-1-methyl-6-phenylimidazo[4,5-b]pyridine (PhIP)-associated colorectal carcinogenesis in male F344 rats pretreated with 1,2-dimethylhydrazine.
  5. J Agric Food Chem. 2008 Oct 22;56(20):9391-8. Epub 2008 Sep 19. Structure-function relationships of anthocyanins from various anthocyanin-rich extracts on the inhibition of colon cancer cell growth.
  6. J Food Sci. 2008 Sep;73(7):C561-8. Epub 2008 Jul 24. Antioxidant effects of flavonoids used as food additives (purple corn color, enzymatically modified isoquercitrin, and isoquercitrin) on liver carcinogenesis in a rat medium-term bioassay.
  7. Food Chem Toxicol. 2008 Feb;46(2):774-80. Epub 2007 Oct 10. A 90-day oral toxicity study of purple corn color, a natural food colorant, in F344 rats.

Q: Que savez-vous sur les cancers GI pendant la grossesse?

Question de Paris, France

Souffrir d’un cancer lors d’une grossesse est heureusement un évènement très rare. On estime actuellement que cela concerne 1 grossesse sur 1000. En tous les cas, le simple fait d’être enceinte ne cause pas le cancer, et les femmes portant un enfant ne sont pas plus susceptibles d’en avoir un que les autres femmes. Néanmoins, le cancer reste la seconde cause de décès chez la femme en âge de procréer.

Etant donné que l’âge est le facteur de risque le plus significatif, les médecins s’attendent à ce que le taux de cancer pendant la grossesse

augmente à mesure que les femmes souhaitent être plus âgées pour avoir des enfants. De ce fait, cette situation est plus fréquente dans les pays développés.

Les cancers qui ont tendance à survenir au cours d’une grossesse sont ceux que l’on retrouve généralement chez les jeunes, tels que le cancer du col utérin, le cancer du sein, le lymphome Hodgkinien, le mélanome malin et le cancer de la thyroïde.

Cancer Gastro-intestinal (CGI)

Comme les tumeurs de l’appareil digestif touchent généralement des personnes de plus de 50ans la coexistence d’un CGI et d’une grossesse est une situation assez rare. Toutefois, les types de CGI que l’on retrouve chez les jeunes présentent des formes plus agressives en comparaison de ceux qui surviennent à un âge plus avancé et cela entraine de pires pronostiques.
De plus, il faut savoir que la grossesse affecte la présentation clinique, l’évaluation, le traitement, et le pronostic vital des patientes avec un CGI.

Cancer colorectal (CCR)


Parmi les CGI, le CCR est le plus fréquent au cours de la grossesse. 80 % d’entre eux sont localisés dans le rectum, où selon la taille et la localisation de la tumeur, l’échographie transvaginale pourrait être d’une grande aide en vérifiant les autres structures pelviennes en plus de celles visées lors des contrôles prénataux. Le CCR engendre généralement les signes et symptômes suivants: saignement rectal, diarrhée ou constipation, anémie, crampes abdominales, nausée et perte de poids (malheureusement très semblables aux manifestations somatiques d’une grossesse).

Le fait de recourir à la chirurgie (radicale avec/sans hystérectomie), à la chimiothérapie ou à la radiothérapie devra être choisi au cas par cas selon la semaine de gestation, la taille et l’invasion de la tumeur, ainsi que la présence ou non de métastases (autrement dit, l’espérance de vie de la mère contre celle du fœtus). Il faudra néanmoins pratiquer une opération d’urgence quelque soit le stade de gestation dans le cas de saignement abondant, de perforation ou d’obstruction.

Cancer Gastrique (CG)

Jusqu’en 2006, seuls 131 cas de CG ont été reportés chez des femmes enceintes, et une fois encore leurs grossesses masqua la présentation clinique (satiété rapide, nausée/vomissement, anémie, perte de poids)  occasionnant un diagnostique tardif
Elles furent diagnostiquées après leur 30ème semaine de grossesse, 97% des cas étant des cancers avancés de type agressif montrant une propagation de métastases (malheureusement, le taux de survie allant jusqu’à 3 ans a été d’environ 8%).

Autres organes

Seuls 40 cas de cancer du foie et 4 du pancréas ont été reportés chez des femmes enceintes. Comme mentionné précédemment, le diagnostique, le stade, le terme ou le prolongement de la grossesse ainsi que le choix d’un traitement chirurgical ou médical devra être déterminé individuellement.

Résumé

Un cancer diagnostiqué durant la grossesse est un évènement dramatique ayant un profond impact sur les vies de la patiente, du nouveau né, des familles et du médecin traitant. Le dilemme de continuer la grossesse jusqu’à la naissance d’un fœtus viable peut s’avérer compliqué lorsque des facteurs médicaux, sociaux, personnels, moraux aussi bien que religieux interagissent pour définir le chemin à suivre.

Cependant, le pronostique des patientes ne devrait pas être remis en cause et, lorsqu’il est approprié de continuer la grossesse, la santé du fœtus pourra être préservée. Le développement de nouvelles compétences, technologies, communication et les témoignages scientifiques nous montrerons comment traiter les femmes enceintes atteintes d’un cancer de manière plus sûre et efficace.

Tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST)

Cas:

Une femme âgée de 67 ans a été envoyée en consultation au Centre Tomographique d’Émission de Positon de la faculté de médecine de Dokkyo afin de passer un scanner et un PET-SCAN permettant de contrôler une masse suspecte entre son estomac et son petit-intestin :

Les premiers examens ont révélé la présence de 18F-FDG (SUVmax = 2.93) entre le troisième et quatrième segment du duodénum, tandis que le contraste scanner  tomodensitométrique (CT scan) a montré une tumeur, dont la visibilité a été améliorée par contraste, de 21mm x 30mm présentant des calcifications en son sein. En raison de la faible fixation de FDG, une tumeur duodénale GIST de bas grade a été suspecté (T1-2N0M0, probablement de stade 1).

Le système digestif

Le système digestif transforme la nourriture en énergie et débarrasse le corps des déchets solides. Une fois mâchée et avalée, la nourriture entre dans l’œsophage, un tube qui transporte la nourriture en traversant le cou et la poitrine jusqu’à l’estomac. L’œsophage rejoint l’estomac juste en dessous du diaphragme (muscle responsable de la respiration, situé sous les poumons).

L’estomac, un organe musculaire en forme de sac qui contient tous les aliments ingérés, va commencer le processus de digestion en sécrétant les sucs gastriques. La nourriture et les sucs gastriques sont mélangés jusqu’à devenir une sorte de pate appelée chyme, qui sera ensuite déversée dans l’intestin grêle. Celui-ci continue de dissoudre les aliments et en absorbe la plupart des nutriments. L’intestin grêle, qui mesure environ 6 mètres,  constitue la plus longue partie du tube digestif (aussi appelé tractus gastro-intestinal).

L’intestin grêle rejoint le colon, tube musculaire d’environ 1,5 mètre qui va non seulement absorber l’eau et les sels minéraux des aliments, mais également stocker les déchets qui subsisteront une fois le processus achevé. Les déchets vont ensuite dans le rectum avant d’être expulsés du corps par l’anus.

Continue Reading →

Pouvoir Divin : Forces et Particules Subatomiques

[Español] [English]

On dit que tout est apparu à un moment donné. Qu’à la suite d’un rugissement la lumière fut, et que tout commença. Cela pourrait très bien être les premiers versets de nombreux livres dogmatiques, cependant il décrit parfaitement ce qui s’est passé après le Big Bang.

Il est incroyable qu’un primate bipède, en seulement 6000 ans d’histoire connue, puisse vraiment  manipuler plusieurs de ces forces qui ont chanté lors de la création de l’univers il y a environ 13 milliards d’années.

Qui aurait même pu imaginer que le plus timide et fuyant de ces danseurs deviendrait l’étoile d’une innovation technologique : Tomographie d’Émission de Positon (TEP). Les positons sont des particules plus petites que les atomes (particules fondamentales) qui évitent en général d’être vus dans l’univers à cause de leur grande timidité. Par conséquent, un roulement de tambour énergique est nécessaire pour les faire monter sur scène.

Cependant, les fiancées de ces positons’, les électrons, sont si jalouses, qu’au premier regard elles sautent et enlacent les pauvres positons si fort qu’elles les réduisent à néant (l’annihilation) avant qu’ils n’aient le temps d’en choisir une autre. Sur le point de disparaître, les positrons laissent échapper deux larmes (les photons) que l’on voit de part et d’autre de la scène. Comme toujours, les tragédies attirent de gênants paparazzis qui veulent être aussi près que possible. Ainsi, partout où il y a une haute quantité d’annihilations, ces mecs à problèmes (les cellules cancéreuses) peuvent être trouvés.

La semaine dernière nous avons eu la chance de voir la machine capable de ce roulement de tambour énergique qui crée les positons : un accélérateur (les plus grands accélérateurs du monde). Cette machine se trouve au rez-de-chaussée du centre tomographique d’émission de positons à Tochigi, dans une pièce spécialement conçue pour elle avec des murs en béton armé de 2m d’épaisseur. Cette épaisseur assure qu’aucune fuite de radiation ne puisse empoisonner les ouvriers. Évidemment, nous n’avons passé qu’un bref instant à l’intérieur de cette pièce de 6m x 6m x 3m. Le Dokkyo PET Center est ouvert pour maintenance deux fois par an.

Avec cette technologie, qui était inimaginable avant la deuxième Guerre Mondiale, il est possible d’injecter une solution associant du fluor et du glucose (18 FDG)aux patients soupçonnés de cancer et/ou de métastase, puis de voir apparaitre le résultat de l’intervention. Ce sucre spécial est rapidement ingéré par les cellules cancéreuses qui s’accumulent, et la quantité accrue de positons (plus que pour des cellules normales au repos) est enregistrée par le scanner du TEP. Cette image scannée, combinée aux images du tomodensitomètre, va reproduire dans un poste de travail informatique l’emplacement et l’activité de certains types de cancers et de leur métastase.

**Cette image représente une reconstitution virtuelle d’un cancer du côlon (couleur lilas) entouré par des structures osseuses et vasculaires adjacentes. Cette technique d’images nouvellement développée aide à clarifier et projeter la meilleure approche pendant une résection tumorale complète et une résection de ganglions lymphatiques envahissants.

Q: Qu’est ce qu’un cancer gastro-intestinal ?

[Español] [English]

QUESTION de Lima, Pérou

Toute tumeur maligne qui survient dans l’appareil digestif est  un cancer gastro-intestinal. L’appareil digestif est constitué de l’œsophage, de l’estomac, du foie, du système biliaire, du pancréas, des intestins et de l’anus.

Pour plus d’informations cliquez ici.

Dépistage du cancer gastrique au Japon.

windowslivewriterba9c640cfbdb-cb98sample-thumb.jpgLe cancer gastrique est la première cause de mortalité par cancer au Japon. En 2004, 50 562 personnes sont décédées d’un cancer gastrique, représentant 15.8% du nombre total des morts subvenues à la suite d’un cancer.

Etant devenu un sérieux problème de santé publique, les japonais commencèrent un programme national de dépistage précoce du cancer pendant la reconstruction qui suivie la Seconde Guerre Mondiale. Avec moins de ressources que ne possèdent aujourd’hui les pays en voie de développement (comme par exemple le Pérou), le Japon a pu gérer ce problème et en faire graduellement diminuer la mortalité.

Depuis 1983, et conformément à la loi sur les services de santé pour les personnes âgées, le dépistage du cancer gastrique est réalisé chaque année au niveau national pour chaque résident âgé de 40 ans et plus.

Le Japon a commencé à pratiquer le dépistage avec des études radiologiques en double-contraste (EDC) ; et par la suite cette technique de photofluorographie a été la plus recommandée pour le dépistage de masse ou privé au japon.

tnm2 Avant que n’arrive l’endoscopie, l’EDC était donc la seule méthode efficace pour détecter objectivement un cancer gastrique à un stade

précoce. Cependant, l’endoscopie l’a peu à peu détrônée. D’autres méthodes incluant une estimation du pepsinogène et des anticorps contre l’ Helicobacter pylori dans le sang sont également envisageables.

En résumé, le dépistage radiologique est la méthode recommandée au Japon en ce qui concerne le cancer gastrique. Cependant, l’endoscopie sera celle que l’on choisira dans les pays où le taux de cancers gastriques est plus faible.

Bonne année 2010…!!!

Pour un meilleur lendemain…
Pour un espoir nouveau…
Pour une année pleine de défis, sans peine ni souffrance…
Pour chaque ami, qui ici, fait face au cancer…
Nos meilleurs vœux…
Heureuse année 2010.

HOPE_Ring_Purple