Tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST)

Cas:

Une femme âgée de 67 ans a été envoyée en consultation au Centre Tomographique d’Émission de Positon de la faculté de médecine de Dokkyo afin de passer un scanner et un PET-SCAN permettant de contrôler une masse suspecte entre son estomac et son petit-intestin :

Les premiers examens ont révélé la présence de 18F-FDG (SUVmax = 2.93) entre le troisième et quatrième segment du duodénum, tandis que le contraste scanner  tomodensitométrique (CT scan) a montré une tumeur, dont la visibilité a été améliorée par contraste, de 21mm x 30mm présentant des calcifications en son sein. En raison de la faible fixation de FDG, une tumeur duodénale GIST de bas grade a été suspecté (T1-2N0M0, probablement de stade 1).

Le système digestif

Le système digestif transforme la nourriture en énergie et débarrasse le corps des déchets solides. Une fois mâchée et avalée, la nourriture entre dans l’œsophage, un tube qui transporte la nourriture en traversant le cou et la poitrine jusqu’à l’estomac. L’œsophage rejoint l’estomac juste en dessous du diaphragme (muscle responsable de la respiration, situé sous les poumons).

L’estomac, un organe musculaire en forme de sac qui contient tous les aliments ingérés, va commencer le processus de digestion en sécrétant les sucs gastriques. La nourriture et les sucs gastriques sont mélangés jusqu’à devenir une sorte de pate appelée chyme, qui sera ensuite déversée dans l’intestin grêle. Celui-ci continue de dissoudre les aliments et en absorbe la plupart des nutriments. L’intestin grêle, qui mesure environ 6 mètres,  constitue la plus longue partie du tube digestif (aussi appelé tractus gastro-intestinal).

L’intestin grêle rejoint le colon, tube musculaire d’environ 1,5 mètre qui va non seulement absorber l’eau et les sels minéraux des aliments, mais également stocker les déchets qui subsisteront une fois le processus achevé. Les déchets vont ensuite dans le rectum avant d’être expulsés du corps par l’anus.

Les tumeurs stromales gastro-intestinales

Les tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST)  sont des tumeurs du système digestif assez rares.

Comme les cellules cancéreuses ressemblent à des cellules musculaires ou encore à des cellules nerveuses sous le microscope, on a émit l’idée dans le passé que certaines se développaient au niveau de la couche musculaire du système digestif, et que d’autres se formaient dans les cellules nerveuses. Les GIST étaient fréquemment apparentées à des sarcomes – cancers qui se contractent dans les muscles, les os des jambes ou des bras,  ainsi que dans d’autres tissus conjonctifs (tissus de soutien de l’organisme).

Nous savons aujourd’hui que ces tumeurs ne sont pas vraiment d’origine musculaire ou nerveuse. La plupart des médecins pensent qu’elles proviennent de cellules bien spécifiques que l’on trouve dans les  parois du tube digestif et qui sont appelées « cellules interstitielles de Cajal » (CIJ), ou encore de cellules naissantes qui peuvent évoluer en  CIJ.

Les CIJ font partie du système nerveux autonome. Ce dernier envoie des signaux qui amènent les muscles des organes digestifs transportant la nourriture et les liquides à travers le système gastro-intestinal à se contracter, entrainant la régulation du système. Certaines personnes ont surnommé ces cellules “le pacemaker” du système digestif.

Les GIST ne sont pas toutes cancéreuses. Certaines sont bénignes, ce qui signifie qu’elles n’envahissent pas d’autres zones et qu’elles ne se propagent pas dans tout le corps.

La différence entre les GIST et les autres tumeurs du système digestif.

Les cancers du système digestif peuvent survenir à n’importe quel niveau du tube digestif, depuis l’œsophage jusqu’à l’anus.

La plupart se contractent dans les cellules glandulaires se trouvant dans le système digestif. Ces cellules peuvent évoluer en adénomes (tumeurs non cancéreuses des cellules glandulaires) ou en adénocarcinomes (cancers des cellules glandulaires).

Il existe dans certaines parties du système digestif, principalement l’œsophage et l’anus, des cellules fines et plates appelées cellules squameuses. Il s’agit du même type de cellules que l’on retrouve à la surface de la peau. Les cancers naissant dans ces cellules sont appelées carcinomes à cellules squameuses.

Les cancers neuro-endocrines, telles que les tumeurs carcinoïdes, sont des cancers relativement peu fréquents qui peuvent également survenir au niveau du système digestif. Ils se développent à partir de cellules neuroendocrines qui possèdent quelques caractéristiques des cellules nerveuses, et ressemblent en d’autres façons aux cellules endocrines qui sont sécrétrices d’hormones.

Les GIST sont en revanche bien différentes et plus rares que les cancers que nous venons de cités, en particulier parce qu’elles voient le jour dans différents types de cellules. Elles se distinguent également des autres tumeurs par leur comportement biologique et leur traitement. Pour toutes ces raisons, les médecins ont besoin de savoir si le patient souffre d’une GIST, d’un adénome, d’un adénocarcinome, d’un cancer neuroendocrine, d’un autre type de tumeur ou bien si son état est non-cancéreux afin d’opter pour la thérapie la plus adéquate.

Il est important que les patients comprennent que les tumeurs stromales gastro-intestinales sont différentes des autres types de cancers, qui sont plus fréquents dans le système digestif. En comprenant ces différences et en s’informant sur les GIST, les patients peuvent non seulement prendre une part active dans le processus de guérison, mais également s’impliquer dans le choix des traitements.